Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES RIVERAINS DU CANAL DES ARESQUIERS

LES RIVERAINS DU CANAL DES ARESQUIERS

Site de l'Association des Riverains du Canal des Aresquiers (ARCA)


Réunion du 16 décembre 2015 à Frontignan

Publié par arca sur 21 Décembre 2015, 23:11pm

Réunion du 16 décembre 2015 à Frontignan

L'objet de cette réunion était de nous présenter la société privée engagée par VNF (Voies Navigables de France) pour dresser le bilan de la situation personnelle des habitants des Aresquiers en vue de "les accompagner vers le relogement".


Mme Ellul, sous-préfète, a réaffirmé les arguments avancés l'an dernier : en raison du classement des terrains en zone rouge du PPRI et des difficultés d'accès pour les secours, les conventions d'occupation ne seront pas reconduites, les terrains qui appartiennent à l’État ne pourront pas être vendus aux habitants qui devront partir.


Le président de notre association est intervenu pour signifier notre opposition et notre contestation des arguments concernant la dangerosité des lieux et l’inaccessibilité des services de secours. Les 3 016 signatures des pétitionnaires ont été remises à Mme Ellul et à M. Vuittenez, VNF.


M. Bouldoire, maire de Frontignan a souligné le paradoxe soulevé par les raisons invoquées par la préfecture : sous prétexte de la dangerosité des lieux, on évacuerait les habitants des Aresquiers mais pas ceux de Frontignan-Plage pourtant classé en même zone rouge du PPRI. Le fait d'être propriétaire ou non des terrains modifierait donc le traitement des administrés face aux risques ?


Nous touchons ici le coeur du problème et ce pourquoi il nous apparaît inadmissible d'accepter la décision de la préfecture : ce que l’État veut protéger, ce n'est pas la vie des habitants mais lui-même en se mettant à l'abri de recours hypothétiques en cas d'accident s'il nous vendait les terrains. C'est l'application du principe de précaution poussé jusqu'à l'absurde : raser un quartier et mettre à la porte ses habitants pour éviter à l'administration d'être mise en cause.


Nous réaffirmons notre contestation de l'analyse des risques mise en avant par la préfecture et notre volonté de continuer à faire vivre notre quartier. Une solution acceptable pour tous peut être élaborée par une concertation entre les services de l’État, la municipalité de Frontignan et les administrés.
La destruction n'est pas la solution !
Encore merci à tous pour votre soutien et vos messages d'encouragement. Nous continuons et irons jusqu'au bout pour préserver les Aresquiers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents